Voile 04 Juin 2015 Retour à la liste
Partager sur Pinterest

Solitaire du Figaro / étape 1 : Thierry Chabagny la tient !

Pour sa quatorzième participation à La Solitaire du Figaro, l'une des plus grandes classiques véliques, Thierry Chabagny (Gedimat) a enfin vaincu le signe indien ! C'est en vainqueur qu'il a franchi cette nuit la ligne d'arrivée de la première étape, à Sanxenxo en Espagne. Une délivrance pour celui qui cultive la patience.

Solitaire du Figaro / étape 1 : Thierry Chabagny la tient !

Le skipper Julbo a peut-être trouvé l'inspiration dans les mots de Samuel Beckett, écrivain irlandais du XXème siècle : "Ever tried. Ever failed. No matter. Try again. Fail again. Fail better." Traduisez cela par : "Déjà essayé. Déjà échoué. Peu importe. Essaie encore. Echoue encore. Echoue mieux." Plusieurs fois, le coup n'est pas passé loin. Cette fois-ci, Thierry a visé dans le mille ! Il a été le premier à "s'échouer" en Galice, après 3 jours 9 heures 11 minutes et 36 secondes d'efforts intenses. Le fruit d'un travail acharné.

Forcément, c'est un homme heureux et soulagé qui s'est confié à son arrivée : "J'ai dû participer à une cinquantaine d'étapes et c'est ma toute première victoire ! C'est celle de la patience. C'est une grande joie." Jusqu'au bout, Eole lui a pourtant joué des tours. "A la fin, il n’y avait pas de vent, c’était le mouvement des vagues qui faisait avancer le bateau ! Je voyais la ligne d'arrivée. C’était un cauchemar. Je n’ai jamais vu ça : être à 0,1 mille d’une marque sans savoir si on va réussir à la passer... C’était insupportable. Pour que ça se termine comme ça, c'est que je devais vraiment la gagner", rigole-t-il finalement. "A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire". Tout le contraire de Thierry Chabagny !

Après avoir déjoué les pièges de la sortie de l'estuaire de la Gironde, il a dû affronter les fronts froids du golfe de Gascogne, les fracas du près (vent de face), franchir le cap Finisterre à fond dans la brise et donc s'extirper de la pétole, avant de pouvoir (enfin) lever les bras au ciel

"Dis-moi qui tu as battu, je te dirai quel vainqueur tu es." Au regard des concurrents qu'il précède, un grand champion assurément ! Le détenteur du Trophée Jules Verne - il était membre de l'équipage emmené par Loïck Peyron en 2012 à bord de Banque Populaire V - devance en effet Yann Eliès (2e), double lauréat de l'épreuve, et Jérémie Beyou (7e), triple vainqueur ! "Je suis content pour Thierry, car il courait après depuis longtemps, dit le premier nommé, son dauphin du jour. Finir 15 minutes derrière lui, c'est bien."

C'est bien, certes, mais c'est déjà beaucoup ! Dans une course au temps, Chabagny a fait d'une pierre deux coups : vainqueur d'étape et leader du général. De quoi nourrir de beaux espoirs pour celui qui a terminé 2e en 2006, 4e en 2009 et 5e en 2012... Et qui comme le bon vin, dégusté (avec modération) au départ de Bordeaux, semble se bonifier avec l'âge ! A 43 ans, Thierry Chabagny a maintenant tout d'un grand.


Les autres skippers Julbo ont quant à eux connu des fortunes diverses. Pour sa deuxième participation, Gwénolé Gahinet (Safran - Guy Cotten) décroche une prometteuse 8e place. Isabelle Joschke (Generali - Horizon Mixité), l'une des trois seules femmes sur les 40 concurrents inscrits, se classe 13e. Enfin, Corentin Horeau (Bretagne Crédit Mutuel Performance), 2e l'an passé, finit 23e à plus de 4 heures du vainqueur et perd malheureusement tout espoir de victoire finale.


Ajouter un commentaire




Poster

The requested page concerns “Europe” market.

GO TO the
US version
Continue on
Europe version