Voile 29 Novembre 2017 Retour à la liste
Partager sur Pinterest

Toutes voiles dehors !

L’automne est la saison des courses au large. Cette année encore, nou sommes sur tous les fronts ! Plusieurs de nos skippers se sont alignés sur la Mini Transat et la Transat Jacques Vabre, deux épreuves incontournables de la planète voile. Sur la première, Ian Lipinski et Clarisse Crémer ont tous les deux réalisé une superbe course. Sur la seconde, le duo Paul Meilhat et Gwénolé Gahinet (SMA Voile) a joué les premiers rôles en IMOCA.

Toutes voiles dehors !

 

Mini Transat

La Mini Transat est une course en solitaire, sans assistance, scindée en deux étapes, entre La Rochelle, Las Palmas (Iles Canaries) et Le Marin (Martinique). Elle se dispute sur un parcours de 4050 miles (7500 km), à bord de bateaux (prototypes ou de série) de 6.50m de long. Cette course est souvent un examen de passage sur la route d’épreuves mythiques telles que le Vendée Globe et permet aux marins de se confronter à armes égales, seuls face à l’océan.

Ian Lipinski la confirmation, Clarisse Crémer la révélation.


Ian Lipinski (proto) a eu chaud lors de la première étape de la Mini Transat ! Aux Canaries, le skipper Julbo a devancé son dauphin de seulement 113 secondes sur la ligne d’arrivée, après 9 jours en mer. Sur la deuxième étape, maîtrisée de bout en bout, il s’est imposé avec une avance plus confortable au terme de 13 jours de traversée.. Vainqueur en série en 2015, il confirme donc dans la catégorie des prototypes, preuve de son grand talent sur l’eau.
Clarisse Crémer (série) a de son côté terminé  troisième de la première étape et  deuxième de la seconde. Ses performances ont impressionné le milieu de la voile. Pour celle qui ne navigue que depuis une paire d’années, réussir avec autant de brio sa première course en solo relève de l’exploit. L’avenir nous le dira, mais elle a déjà tout d’une grande navigatrice.

 

Ian Lipinski n'a pas perdu son temps

 

Clarisse Crémer à l'arrivée. Heureuse !

 

 

Transat Jacque Vabre

La Transat Jacques Vabre est une course en duo de 4 350 milles (8 056 km) entre Le Havre et Salvador de Bahia (Brésil), où s’affrontent  quatre catégories de bateaux (IMOCA , Class40, Ultimes, Multi50). Les skippers empruntent l’historique route du café, trait d’union maritime entre l’Amérique du Sud et l’Europe.

Paul Meilhat et Gwénolé Gahinet, un duo en argent


Avec  six heures de retard sur les vainqueurs (Jean-Pierre Dick et Yann Élies) après 13 jours, 13 heures et 58 minutes de course, il n’y a pas à rougir. Le duo prend la deuxième place avec un bateau sans foils (contrairement au premier). Paul et Gwénolé ont mené la course avec un train d’enfer et auront donné beaucoup de fil à retordre à leurs concurrents. Pour le premier nommé qui a vécu quelques mésaventures sur ce bateau par le passé (bassin fracturé, côtes cassées, abandon sur le Vendée Globe …), cette deuxième place a une saveur particulière.

Paul Meilhat à gauche

Tanguy de Lamotte et Samantha Davies,  le duo au grand cœur


En 15 jours 7 heures et 40 minutes, Samantha Davies et Tanguy de Lamotte ont rallié le Havre à Salvador de Bahia, s’adjugeant la  sixième place en IMOCA de cette 13ème Transat Jacques Vabre. Sur un nouveau bateau équipé de foils, le duo a pris ses marques. Mais cette course avait aussi tout d’une passation de flambeau. Tanguy, qui a récemment annoncé mettre entre parenthèses sa carrière de skipper, laisse en effet la barre de son monocoque Initiatives Cœur à la navigatrice britannique. Une transition en douceur en vue d’une célèbre course en solitaire autour du monde (sur laquelle elle a déjà brillé par le passé) : le Vendée Globe en 2020 ! « Je suis trop heureuse de barrer ce bateau, je n’ai pas envie de le quitter ! Je suis en confiance pour les prochaines échéances en solitaire, j’ai hâte de progresser avec lui », a confié Sam à l’arrivée.

Tanguy de Lamotte et Sam Davies

 

Isabelle Joschke et Alan Roura bord à bord


Sur l’Atlantique,  la navigatrice franco-allemande a longtemps bataillé ferme avec le Suisse. Au coude-à-coude dans le passage stratégique du « Pot au noir », Isabelle a finalement su tirer son épingle du jeu pour terminer  huitième, avec seulement deux petites heures d’avance sur Alan. Un beau top 10 aussi pour le jeune skipper de 24 ans, fidèle à lui-même en arrivant juste à l’heure de l’apéro (11h39, heure locale).

Isabelle Joschke à l'interview sur le ponton d'arrivée

Alan Roura à l'arrivée

 

 

Regatta et Paddle pour traverser l’Atlantique


Les skippers ont profité des deux nouveaux modèles phares de la gamme Nautic.


La Regatta qui a été dessinée en collaboration avec Franck Cammas et les autres skippers du team Julbo. Couvrantes pour protéger des agressions du vent, de l’eau et du sel, elles bénéficient d’un traitement déperlant et d’un cercle ouvert qui évite la stagnation d’eau sur le bas des verres.

 

La Paddle qui prend les accents de la culture Surf pour un look plus branché, sans faire de compromis sur le grip des branches et du nez. Grâce à une structure innovante qui emprisonne les bulles d’air, les Paddle sont flottantes.
Ces deux montures sont chaussées de verres « Octopus » qui sont photochromique, hydrophobe et polarisant, qui s’adaptent à toutes les météos et permettent aux skippers de toujours garder le bon œil sur l’horizon.

 


Ajouter un commentaire




Poster

The requested page concerns “Europe” market.

GO TO the
US version
Continue on
Europe version