Outdoor 04 Mars 2016 Retour à la liste
Partager sur Pinterest

"Riders on the Storm" Mayan Smith-Gobat et Ines Papert

Le six février dernier, Ines Papert et Mayan Smith-Gobat accompagnées du photographe Thomas Senf atteignaient le sommet de la Tour Centrale du Paine, dans le parc national des Tours du Paine en Patagonie, par la face Est. Un succès qui fait d’eux la cinquième ascension connue de « Riders in the Storm », 25 ans après la première ascension historique de la voie.

Cette ligne exceptionnelle et raide de 1300m sur la face Est de la tour Centrale  fut grimpée pour la première fois par Wolfgang Güllich, Kurt Albert, Bern Arnold, Peter Dittrich and Norbert Baetz en janvier 1991 en 15 jours d’escalade sur une période totale de six semaines.

La voie fut cotée 7c, A3. Depuis, de nombreuses tentatives ont été faites avec comme but de grimper en libre l’intégralité de la voie. Mais en raison de la glace dans les fissures du haut et les conditions météo difficiles en Patagonie, deux longueurs de fissure raides sous le sommet avaient empêché toute tentative de libre d’aboutir. Et puis il y avait aussi une longueur d’artif dans la partie inférieure de la face où un pendule et un crochet goutte d’eau étaient nécessaires pour passer une section complètement lisse.

L’objectif d’Ines et Mayan était également de grimper en libre la totalité de la voie. Le voyage a commencé avec une météo incroyablement stable et pendant leur première semaine dans la voie le duo a réussit à trouver une variante en cinq longueurs très difficiles pour éviter la section avec le pas d’artif sur crochet. Cependant, afin de tirer le meilleur parti de cette météo stable, Ines et Mayan ont choisi de se concentrer sur les longueurs du haut à libérer et de sortir au sommet avant de consacrer plus de temps dans les cinq longueurs dures de leur nouvelle variante dans la section inférieure de la voie.

Au cours de la dernière journée du créneau météo de beau temps et après trois semaines passées dans le mur, Mayan, les doigts baignés de sang en de nombreux endroits, réussit à grimper en libre les longueurs 29 et 30 à la lumière du petit matin, avant que les fissures supérieures ne deviennent une cascade d’eau à cause de la fonte de la glace au-dessus de la cordée. Ensuite, Ines, Thomas et Mayan ont continué jusqu’au sommet de la Tour Central, atteignant sa cime le six février à midi quarante-huit, par une journée magnifique et étonnamment calme, sans vent.

 

Mais le succès du sommet fut rapidement mis de côté par les chutes de pierre qui frappèrent leurs portaledges cette même nuit, déchirant la tente de protection d’Ines et Mayan et manquant de peu de les blesser. Fébriles mais toujours bien déterminées à finir la voie, elle se remirent à travailler en libre les longueurs de leur variante dans la partie basse. Découvrant, par la même occasion, que par temps chaud la face était vraiment exposée à la fois aux chutes de pierres, comme de glace, venant du sommet (un sommet composé de blocs maintenus ensemble par la glace…)

 

L’escalade dans « Riders on the Storm » est exigeante et variée, allant de pas délicats sans bonnes protections à des off widths complètement remplies de glace. Ines a grimpé une longueur en utilisant une chaussure avec crampons sur un pied et un chausson d’escalade sur l’autre pied et deux piolets qui furent également utilisés comme protection dans la fissure en glace – La technique « Papert »…

 

L’équipe s’est vraiment battue et malgré une météo se détériorant elles ont réussi à libérer toutes les longueurs sauf deux de la voie originale et les deux longueurs les plus dures de leur variation en cinq longueurs. Malheureusement, au cours des dix derniers jours de leur voyage en Patagonie, Ines et Mayan n’ont eu que du mauvais temps (plus typique pour la Patagonie) avec des vents de plus de 120km/h et des chutes de neige jusque 500m d’altitude. La totalité de la voie fut plâtrée de neige, ne laissant aucune autre chance à la cordée de grimper. L’équipe a finit par récupérer son matériel au cours des rares moments d’accalmie.

 

Bien qu’elles n’aient pas réussies à libérer toute la voie, Ines et Mayan ont effectuée ce projet avec beaucoup de succès, réussissant une des rares répétitions de « Riders in the Storm » lors du 25ième anniversaire de la première ascension de la voie. Elles ont en plus trouvé une variante à la voie originale, qui, bien que susceptible d’être très difficile, sera réalisable en libre d’après Ines et Mayan. En raison des risques imprévisibles de cette face, Ines a décidé de ne pas revenir dans la voie alors que Mayan est motivée pour un tenter de nouveau une ascension en libre l’année prochaine. 


Ajouter un commentaire




Poster

You're visiting the Canadian section of Julbo.com.
If you'd like to visit the USA section, click below.

CANADA USA