Voile 14 Novembre 2016 Retour à la liste
Partager sur Pinterest

Tanguy de Lamotte, le coeur de l'océan

Quatre ans après sa première participation au Vendée Globe, le skipper du cœur repart pour un tour du monde riche de sens sous les couleurs de Mécénat Chirurgie Cardiaque. Il court après un double objectif : sauver des enfants et s’illustrer sportivement. Entretien.

Tanguy de Lamotte, le coeur de l'océan

A l'heure où nous écrivons ces lignes, Tanguy se dirige vers le port pour réparer une avarie sur son mât. On lui souhaite de tout coeur de repartir !

 

Tanguy, le Vendée Globe, ça représente quoi à tes yeux ?

« C’est la grande Aventure, avec un grand A ! C’est la course la plus longue et la plus dure pour un homme seul à bord. C’est une forme de cheminement personnel aussi. En mer, on apprend beaucoup sur soi. J’aime être loin de la terre. On se sent tout petit dans cette immensité mais on vit des moments privilégiés. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut naviguer dans les mers du sud, dans les quarantièmes rugissants et les cinquantièmes hurlants, et "surfer" sur des vagues énormes à près de 30 nœuds ! »

 

Y-a-t-il une appréhension différente pour ton deuxième tour du monde ?

« Les incertitudes ne sont pas les mêmes. Aujourd’hui, je sais ce que ça représente de passer 100 jours en mer, seul. J’ai quatre ans de plus et j’ai maintenant un petit garçon que je laisse avec ma femme à la maison. En 2012, nous n’habitions même pas ensemble, donc on ne s’est pas manqué de la même manière. L’éloignement risque de me marquer davantage cette fois. Je vais sans doute vivre les choses un peu différemment, mais j’espère me sentir aussi libéré sur mon bateau. »

 

Libéré, ça vaut aussi dire partir en vrille à bord, danser, chanter...

« Entre autres ! (Rires.) C’est vrai qu’il y a quatre ans la musique a déclenché pas mal de vidéos et de buzz autour de ma course... On m’a notamment vu jouer de l’Air Guitar sur Deep Purple ou faire de la gym tonique sur Two to you too ! Je ne sais pas quels morceaux vont déclencher cette fois cette part d’inconscient qui me fait faire des choses un peu folles... Au bout de 30 à 40 jours de mer, parfois on déraille ! (Rires.) Rien n’est préparé à l’avance en tout cas, tout est spontané. Mais oui, j’aime envoyer des vidéos. Ça fait partie de la force du projet et ça plait aux enfants ! »

 

Allez-vous justement innover avec Initiatives Cœur dans la manière de communiquer vers votre cœur de cible que sont ces enfants ?

« On va mettre en place des "conf call" multi-écoles, afin de sensibiliser plus d’enfants au projet. Ils pourront me poser leurs questions en direct. Le suivi live de ma course sur le site internet permettra aussi de savoir ce que je mange, quand je dors, quelle est la force du vent, à quelle vitesse avance mon bateau, s’il fait jour ou nuit, quelle est ma fréquence cardiaque, etc. Toutes ces données seront utilisées au niveau pédagogique. On souhaite être toujours plus interactifs, en restant grand public, parce que l’objectif premier du projet c’est évidemment de sauver des enfants. »

 

On est obligé de te poser une question un peu bateau : as-tu un plat lyophilisé préféré ?

« Oui, j’aime beaucoup le bœuf Stroganoff et la choucroute polonaise que j’ai adoptée pendant la dernière Transat Jacques Vabre ! Original non ? Ça fait rire les enfants quand je vais à leur rencontre dans les écoles et que je leur fais goûter ça. Mais je n’ai pas que ça à bord heureusement, j’ai aussi des vraies pâtes, du riz, de la semoule, des plats appertisés... »

 

Sans transition, combien de temps mets-tu pour grimper au mât ?

« En entraînement, sans vouloir réaliser un record de vitesse, j’ai mis 13 minutes pour monter avec des poignées d’escalade. C’est 7 minutes de mieux que les deux dernières fois où je suis monté en haut du mât en haute mer et en solitaire. Et il ne me faut que 4 minutes pour redescendre avec un descendeur sur corde tendue qu’on appelle "olivette". Pour gagner du temps et surtout moins m’épuiser, on a rajouté une ralingue sur la grand-voile. En quelque sorte, je me glisse dans la voile pour grimper. »

 

De là-haut tu as une vue imprenable sur l’horizon... En parlant de vision, combien de paires de lunettes Julbo embarques-tu ?

« J’ai quatre paires à bord. Deux Stunt blanches avec un cœur rouge sur la monture. Ce sont les lunettes aux couleurs de mon projet et de Mécénat Chirurgie Cardiaque. J’ai aussi une Wave, qui est parfaitement adaptée à la course au large avec sa jupe protectrice, et une Stony. J’emmène aussi un masque avec un verre blanc, qui est très utile, de jour comme de nuit, pour me protéger des embruns et des vagues quand les conditions sont rudes à bord. Porté avec la capuche du ciré et une cagoule, ça tient chaud à la tête, notamment au départ dans le Golfe de Gascogne et dans les mers du sud. Je suis en tout cas fier de faire partie du team Julbo qui regroupe de nombreux athlètes, notamment issus de sports dits extrêmes. La voile en est un. Et puis je partage les valeurs de la marque, qui est sportive, dynamique, proche de la nature et très familiale. »

 

Pour finir, comment décrierais-tu le Vendée Globe en un mot ?

« Extrême ! Dans tous les sens. Physiquement et mentalement, par la longueur et la distance. »

 

Tanguy de Lamotte en bref...

38 ans, deuxième participation au Vendée Globe (10e en 2013)

Nom du bateau : Initiatives Cœur

Son profil : Versaillais d’origine et Breton d’adoption, Tanguy a tiré ses premiers bords à Saint-Malo, aux côtés de son grand-père. Architecte naval, diplômé de la prestigieuse école de Southampton, le « skipper du cœur » a la tête bien faite. Mais c’est aussi et surtout un aventurier, qui aime mettre du sens dans ses projets. Sous les couleurs d’Initiatives Cœur et de Mécénat Chirurgie Cardiaque, il contribue à sauver des enfants malades. Chouchou du public lors de la dernière édition, Tanguy sera encore certainement l’un des skippers les plus suivis. Communiquant hors pair, ses vidéos hilarantes sont attendues au tournant... Mais cette année, ces ambitions seront plus élevées ! À bord d’un destrier plus récent qu’il y a quatre ans, il compte bien s’illustrer aussi sportivement.

Ses paires de lunettes Julbo : Wave, Stunt et Stony

Suivez sur twitter les meilleurs moments du Vendée Globe !


Ajouter un commentaire




Poster

You're visiting the Canadian section of Julbo.com.
If you'd like to visit the USA section, click below.

CANADA USA