Si les risques liés à la montagne sont évidents, ceux dû à l'exposition au soleil à des altitudes élevées sont plus difficiles à appréhender. Voici quelques conseils pour vous aider à mieux protéger vos yeux en haute montagne lors de vos sorties ski, alpinisme, escalade...


Les dangers d'exposition de vos yeux au soleil en haute montagne

L'exposition aux radiations solaires augmente en moyenne de 10% (entre 4 et 16%) tous les 1 000 m et les UVB qu'elles contiennent sont particulièrement nocifs. De plus, la neige réverbère entre 80 et 90 % du rayonnement contre 20% pour un terrain non enneigé. Ainsi plus on monte en altitude plus l'intensité du rayonnement solaire augmente. A 2000 m elle est déjà une fois et demie plus forte qu’au niveau de la mer et à 4 000 m deux fois et demi. L'exposition varie en fonction de l'épaisseur de la couche d'ozone dans l'atmosphère - qui agit comme un filtre naturel – dans les différentes régions du globe, de la saison et de l'angle d'incidence des rayons solaire. A noter que l'irradiation est ¼ plus importante à l'équinoxe d'automne par rapport à celle de printemps du fait d'un accroissement de la couche d’ozone. 

En montagne, même par temps couvert, le soleil représente toujours un danger pour vos yeux. En effet, bien que les UV soient stoppés par certains nuages (alto-cumulus), les cirrus n’en filtrent aucun. Le brouillard laisse passer 50% du rayonnement et il est fréquent que l'on se trouve dans la couche supérieure du nuage où règne un rayonnement intense par diffraction lumineuse. Les risques sont donc aussi importants que par beau temps.

Au-delà du soleil, le vent et le froid en altitude ou dans les régions polaires peuvent provoquer plusieurs risques pour vos yeux s’ils ne sont ni protégés pas un masque ni pas une lunette de soleil.

Christophe Dumarest

Les pathologies les plus courantes

  • La photokératite ou l'ophtalmie des neiges, qui est due à une érosion des cellules qui recouvre la cornée à cause d'une exposition prolongée aux UVB.
  • L’érythropsie : il s’agit d’un épuisement de la rétine suite à une exposition soutenue à une simulation lumineuse intense.
  • Le syndrome du « White out » définit la gelure des paupières en froid extrême : larmoiement, perte de la perception du relief et crainte de la lumière.
  • La gelure de cornée peut entrainer des nécroses irréversibles si elle n'est pas traitée rapidement.

Ces pathologies mettent en avant deux grandes fonctions indispensables pour des lunettes de soleil de montagne :  stopper les rayons UVB et envelopper le visage.

L'importance du choix de sa monture

En plus de préserver vos yeux des rayons nocifs du soleil, il faut aussi les protéger du vent, du froid et de tout ce qui pourrait gêner votre vision comme la neige. Nous vous conseillons vivement de choisir une monture galbée, bien enveloppante avec des coques latérales pour une protection complète. Les branches réglables sont une bonne option pour être sûr qu’elles vous tiennent bien ou optez pour des branches fines qui se glissent très facilement sous un casque ou bonnet. Le cordon peut être un accessoire intéressant afin de réduire les possibilités de perte de votre lunette et de bénéficier d’un maintien maximal.

Les verres : la catégorie 4 à choisir sans hésitation

Sans hésitation, pour la haute montagne, nous vous recommandons la catégorie de filtration maximale qui laisse passer seulement 3 à 8% de la lumière visible. Chez Julbo, nous avons des verres de catégorie 4 dans différents matériaux ; on vous laisse faire votre choix en fonction de leur caractéristiques techniques et de votre budget. Présentation.

  • Alti Arc : cat. 4 - taux de transmissions de la lumière visible : 7%. Le seul verre minéral de notre gamme et en termes de qualité optique, il n'y a rien de mieux ! Très résistant aux rayures, ses seuls points faibles sont son poids et sa fragilité en cas de choc (risque de casse).



  • Spectron 4 est verre polycarbonate de cat.4 (5%). Léger, résistant et incassable, il a été élaboré pour offrir une protection performante dans la pratique de la randonnée en montagne et l'alpinisme. Il est néanmoins moins résistant aux rayures que le verre minéral.



  • Verres REACTIV photochromiques en NXT© : ils s’adaptent aux variations de luminosité ; c’est l’idéal pour passer d’une zone ensoleillée à ombragée. C’est aussi le parfait mélange des avantages du verre minéral et polycarbonate : qualité optique, résistance aux rayures, solidité et légèreté. Leur technologie NTS (Non Temperature Sensitive) permet de garantir la photochromie quelle que soit la température extérieure.
    • Cameleon : verre photochromique et polarisant de cat. 2 à 4 (5-20%). En plus de foncer et s’éclaircir selon la luminosité ambiante, il supprime les réverbérations sur les surfaces réfléchissantes. Sa couleur brune permet d’offrir une excellente perception de la surface sur neige et d’en améliorer les contrastes.



    • Zebra : verre photochromique de cat. 2 à 4 (7-35%). De couleur jaune, il permet d’augmenter la luminosité et procure une excellente perception de la profondeur. Il est plus clair avec une plage photochromique plus grande que le Cameleon. 




Nos lunettes de soleil adaptées à la haute montagne