Caroline GLEICH
© Quentin-Iglésis
Ski freeride
Caroline GLEICH
Ski Freeride - 31 ans

Caroline_Gleich_©Louis_Arevalo

"On a tous à l’intérieur de nous une lumière éclatante à partager !"

 

L’Américaine s’engage dans une pente raide comme elle s’engage dans la défense d’une cause : avec passion. Elle voulait être alpiniste avant d’être skieuse. Elle a finalement combiné les deux. Son job de rêve, c’est d’escalader à pied les plus belles montagnes du monde avant de les descendre à ski. Au sommet, Caroline Gleich, freerideuse par intermittence, ne s’élance jamais les yeux fermés, mais toujours avec prudence. Écorchée par les épreuves, elle tient trop à la vie. Cette vie faite de sport et d’aventure, qui la rend si heureuse aujourd’hui.

 

Attirée par la verticalité

Caroline Gleich a grandi dans le Minnesota, entourée d’arbres, de lacs... et de plaines à perte de vue. Pas une montagne à l’horizon ! Ces sommets, absents et inconnus, ont fasciné la jeune fille, qui a découvert l’escalade dans une petite salle de sa ville natale, à Rochester. Puis elle a dévalé ses premières pistes damées en famille, lors de vacances aux sports d’hiver, dans l’arrière-pays de l’Utah. Là où elle habite aujourd’hui, dans la station de Park City. Là où son demi-frère, celui qui lui a transmis l’amour des sports outdoor, a perdu la vie, emporté par une avalanche. Caroline avait 15 ans.

 

Au nom des femmes

C’est donc tout sauf un hasard si c’est ici, au milieu des énormes sommets du Wasatch – chaîne qui borde les montagnes Rocheuses – recouverts de poudreuse, que la skieuse-alpiniste professionnelle a réalisé son plus grand défi : arpenter et skier les 90 couloirs de "The Chuting Gallery" (La Galerie des Chutes), répertoriés dans le guide d’Andrew McLean. Un itinéraire dangereux, fait de cascades de glace, de descentes en rappel, de crevasses et de lignes extrêmes, que l’instructrice à l'Utah Avalanche Center a abordé tout en contrôle, l’esprit positif. Cet exploit monumental, jusqu’ici réservé aux hommes, Caroline Gleich est la première femme à l’accomplir en 2017. Une victoire pour elle, l’ex-mannequin, et dans son combat pour l’égalité des genres.

En 2019, un an après avoir escaladé puis descendu à ski le sixième plus haut sommet du monde, le Cho Oyu, Caroline a gravi l’Everest via la crête nord-est, l’une des voies les plus difficiles. "Une ascension pour l’égalité" réalisée avec son compagnon Rob, mais sans son ligament croisé antérieur du genou droit, rompu dans une chute à ski quelques semaines auparavant ! Une performance à couper le souffle. Une leçon de courage.

 

Aventurière et activiste

À travers ses expéditions, Caroline Gleich, très active sur les réseaux sociaux qu’elle alimente de nombreux récits et de sublimes images, veut laisser un héritage. Être un modèle, une source d’inspiration, pour inciter les autres athlètes et sa communauté à explorer les montagnes sans les abîmer, afin de préserver cet univers qui la captive et l’émerveille. Diplômée d’anthropologie et militante pour le climat, elle travaille avec plusieurs ONG œuvrant pour la défense de l’environnement. Sa manière à elle de rendre à la nature ce qu’elle lui a apporté : le bonheur à l’état pur.

 

Avec Julbo, Caroline a signé le "pro-modèle" Elara. Un masque dont une partie des bénéfices est reversée à l’association POW (Protect Our Winter) et qui illustre sa vision de la vie : joyeuse et engagée.

 

CarolineGleich_First_Second_maximemoulin

- News en relation -