Hervé BARMASSE
© HBarmasse_DGoetler_Mathis_Dumas
Alpinisme
Hervé BARMASSE
Alpinisme - 42 ans

Alpi_Nepal_Herve_Barmasse_ShieldL©HBarmasse_DGoetler_Mathis_Dumas

"Nous n’avons qu’une seule vie, rendons-la mémorable."

 

Né dans la vallée d’Aoste, dans l’ombre du Cervin, pic majestueux de 4478 mètres, Hervé Barmasse est le digne héritier d’une famille de montagnards. Le fruit d’une passion, transmise de père en fils, depuis quatre générations : celle de l’alpinisme. La montagne l’a bercé. Elle l’a construit, l’a changé, l’a inspiré. Elle est toute sa vie.

 

Le Cervin dans le sang

Hervé a d’abord dévalé les pentes, avant de les gravir. À seize ans, il était un grand espoir du ski alpin italien. Un descendeur. En pleine ascension. Mais une lourde chute brise son genou, en même temps que ses rêves de gamin. Privé de ski, il perd tout repère. Son père le voit et lui ouvre les yeux, en l’emmenant au beau milieu de l’hiver, un jour glacial de février, escalader le Cervin, dans les pas de son grand-père et de son arrière-grand-père. C’est le déclic. Le jeune homme découvre que la montagne s’étend bien au-delà des pistes damées et qu’il peut aussi la grimper. C’est le début d’une autre histoire, le temps de l’exploration et des sommets.

 

Pour sa première ascension en solo, Hervé Barmasse s’attaque à la face sud du Matterhorn (l’appellation alémanique du Cervin, encore lui). La première d’une très longue liste, qui le fait voyager aux quatre coins du monde, de la Patagonie au Pakistan. Un voyage intérieur aussi, à la découverte de ses propres limites : physiques, techniques, mais surtout mentales. L’alpiniste, seul face à lui-même, apprend à repousser la souffrance, à surmonter la fatigue et à écouter ses peurs. Celles qui l’aident à prendre les bonnes décisions, pour lui ou pour les autres, lorsqu’il exerce son métier de guide de haute montagne. Une question de vie à des altitudes hostiles, dans "la zone de la mort".

 

Gravir des lignes et les écrire

L’Italien, star de sa discipline, a un but : partir à l’aventure, là où personne ne va. Sortir des sentiers battus, à la recherche de l’inconnu. Ouvrir des voies, comme celle qui porte son nom et celui de son papa : le couloir Barmasse. Où ça ? Sur le Cervin, évidemment ! C’est sa montagne. Il en a fait un film : Linea continua (Ligne continue). Avant d’en écrire un livre : La Montagna dentro (La montagne en moi). Vous l’aurez compris, ce passionné de photographie et de cinéma aime raconter et partager ses exploits, comme celui accompli avec son compagnon de cordée, David Göttler. En 2017, les deux hommes ont gravi le Shishapangma, un de ces fameux 8000 de l’Himalaya, à la frontière du Népal et du Tibet. Un monstre, dompté dans le plus pur style alpin. Sans bouteille d’oxygène, sans laisser de trace. Les yeux dans les yeux. À la Barmasse.

 

Alpi_Nepal_Herve_Barmasse_ShieldL©HBarmasse_DGoetler_Mathis_Dumas

- News en relation -