Samuel ANTHAMATTEN
© Christoffer_Sjostrom
Ski freeride
Samuel ANTHAMATTEN
Ski Freeride - 35 ans

Zermatt_Sam_Anthamatten_Quickshift_©Christoffer_Sjostrom

"Fais ce que tu veux, mais fais-le bien !"

 

Samuel Anthamatten, né en 1986 à Zermatt en Suisse, est un skieur freeride. Mais lui-même se définit comme étant un « montagnard ». « Ça m’a façonné moi, ainsi que mon parcours », dit-il. Depuis son plus jeune âge, Samuel aime explorer les montagnes. Au début, il part en randonnée les weekends, avec ses parents et ses frères et sœurs, Simon, Martin et Marilla, puis seulement avec son frère Simon qui a toujours été son mentor. « Il était mon moteur. Quand j’avais dix ans, Simon faisait de l’escalade et il lui fallait quelqu’un pour l’assurer. Je savais à peine manier une corde, mais comme j’étais le seul à l’accompagner, je devais m’en occuper. »

 

Des cascades de glace au Freeride World Tour

Le ski fait partie de sa vie depuis toujours. Il commence à skier à trois ans seulement devant chez lui et s’entraîne pendant toute son enfance. « C’était mon activité du weekend et du mercredi après-midi », déclare-t-il. À cette époque, il skie déjà en sautant partout et en explorant de nouveaux terrains. « Je voulais faire du ski freeride sans utiliser de matériel », explique-t-il.

 

Sa carrière prend un tournant en 2010 après un coup de fil. Nicolas Hale-Woods, le directeur du Freeride World Tour, lui offre ainsi l’opportunité de participer à la compétition. L’année d’après, durant sa première saison, il termine deuxième au classement général et remporte même une médaille aux Jeux olympiques d’hiver à Sotchi. « Ça a été un gros changement pour moi, car j’ai vu mon potentiel dans le ski. C’est là que je suis devenu freerideur professionnel. » La compétition donne un élan à sa carrière de skieur et lui permet de débuter sur la scène du ski. En parallèle, il continue de pratiquer l’alpinisme. « Pour moi, c’était logique d’associer les deux : les compétitions avaient lieu fin mars, début avril. Il me restait encore deux mois pour parfaire ma technique de ski dans les montagnes. »

Un numéro d’équilibriste en haute montagne

Aujourd’hui, il vit toujours à Zermatt, qu’il considère comme sa maison. « Je peux sortir de chez moi et parcourir des milliers de kilomètres de terrain à pied ou à vélo. Ce lieu est idéal pour y pratiquer le ski, l’alpinisme, l’escalade ou le parapente. » Pendant la saison estivale, Samuel travaille en tant que guide. Durant la période hivernale, il consacre tout son temps au ski et aux projets vidéo. « En été, je repense à ce que j’ai fait et à ce que je peux faire la saison prochaine. » Après avoir mis fin à sa carrière au Freeride World Tour, il apparaît dans plusieurs documentaires sportifs. « Je peux montrer ma région, raconter une expédition et voyager dans le monde entier », ajoute-t-il à propos de ses films.

 

Samuel est un atout essentiel de l’équipe #julboathlete. « Je suis fier d’en être membre depuis bientôt 15 ans. C’est une collaboration super chouette », affirme-t-il. « Les produits sont géniaux et de qualité. Je peux aller faire de l’escalade, du ski, du vélo et du parapente, en étant super bien protégé. La marque Julbo est très connue pour ses lunettes de soleil, qui sont parmi les meilleures. » Il explique aussi que beaucoup de ses activités l’exposent au danger et qu’il n’a absolument pas le droit à l’erreur. « Il me faut le meilleur équipement vendu sur le marché et je pense l’avoir trouvé grâce à Julbo. Le consommateur veut porter le même masque durant tout l’hiver. Cependant, la lumière du soleil n’est pas la même en décembre qu’en mars ou avril. Celui de Julbo s’adapte parfaitement à toutes les conditions grâce aux verres REACTIV. ».

 

Le masque de ski préféré de Samuel Anthamatten est l’Aerospace, qui est doté de la technologie antibuée du SuperFlow System. Lorsque Samuel escalade les plus hauts sommets de Zermatt, il lui faut un masque qui ne s’embue pas. Voilà pourquoi l’Aerospace est son favori.

 

Zermatt_Sam_Anthamatten_©Christoffer_Sjostrom

- News en relation -