Ludo May, la sérieuse décontraction
VTT
mercredi 14 février 2018

Ludo May, la sérieuse décontraction

Nous sommes heureux d’accueillir Ludo May dans notre team d’athlètes. Atypique et attachant, le valaisan est l’une des figures du VTT enduro. Présentation.

Au téléphone, la voix est claire. Mais l’homme se trouve à plusieurs milliers de kilomètres de ses montagnes valaisannes.  « Je suis en Georgie en vacances pour deux semaines. Chaque hiver, on essaye de découvrir de nouveaux endroits pour skier.» Découvrir, toujours. Depuis quelques jours, le Suisse de 28 ans (il fêtera son 29e anniversaire le 3 avril) a rejoint la Team Julbo. Dans l’univers du VTT enduro, le garçon originaire d’un village à côté de Verbier, cultive une image drôle et décalée. Mais qui se cache derrière le personnage de la série vidéo « Ludo et son vélo » ? Réponses.

 

TOUT D’ABORD BIENVENUE CHEZ JULBO ! TOI LE MONTAGNARD, ON IMAGINE QUE TU ES FORCÉMENT SENSIBLE À L’UNIVERS JULBO…

Ludo May : « Je suis content de porter une marque branchée sur la montagne et dont les bureaux ne sont pas très loin de chez moi ! Cela permet de collaborer et d’échanger plus facilement. Des beaux projets vont se mettre en place, je suis ravi ! »

 

LORSQU’ON VIT SUR LES CONTREFORTS DE VERBIER, ON IMAGINE QUE LA PRATIQUE DE L’ENDURO VTT TOMBE SOUS LE SENS. PEUX-TU NOUS PARLER DE TON PARCOURS ?

LM : « J’ai toujours été sur un vélo ! Je me suis essayé à la descente avant mon dixième anniversaire et j’ai vraiment aimé ça ! J’ai aussi essayé le cross-country en prenant le départ de quelques épreuves vers chez moi !  A partir de 16 ans, j’alternais entre la descente et l’enduro. En 2012, à 23 ans, j’ai décidé de me consacrer uniquement à l’enduro. 
J’ai un terrain de jeu énorme chez moi pour l’enduro, les possibilités sont multiples. J’étais attiré par le sensations que l’on pouvait avoir en descente. »

 

ON IMAGINE QUE TU AS SUIVI LES TRACES DE FLORIAN GOLAY, PIONNER DE L’ENDURO ET VALAISAN COMME TOI…

LM : « Il habite à une vingtaine de kilomètres de chez moi. Flo, c’est un peu mon mentor. Lorsque j’ai attaqué la descente, j’étais le jeune de la région et il m’a emmené avec lui sur les courses. Si j’ai débuté l’enduro, c’est grâce à lui. Il m’a beaucoup donné, on a partagé pas mal de séances d’entraînement. C’est un ami. »

 

PARLE NOUS DE TA SÉRIE « LUDO ET SON VÉLO », DONT LES SCÉNARIOS SONT PARFOIS DÉLIRANTS…

LM : « Le producteur des vidéos, Nico Falquet est devenu un très bon ami. On avait fait connaissance lors d’un évènement qui s’appelait les « Outdoor Games » où le but était de réaliser une vidéo en une semaine avec différents sports et j’avais fait partie de son équipe. J’ai voulu mettre des choses en place à partir de 2013 et aujourd’hui, le scénario est vraiment un travail commun. »

 

JUSQU’À POUSSER LA RESSEMBLANCE AVEC JIM CARREY DANS DUMB AND DUMBER ET CUSTOMISER UNE « VOITURE CHIEN » ?

LM : « Je ne sais plus comment le délire est parti ! On rigolait avec ce film, on se disait qu’avec ma tête je pourrais faire Jim Carrey. On a récupéré une vieille voiture et c’était parti ! On essaye de faire des belles images, sans trop se prendre au sérieux. Dans la dernière vidéo, on ne s’est pas donné de limite. Tant qu’à faire, on va au bout de notre idée ! Cela ne plait pas à tout le monde, c’est décalé mais on s’amuse ! »

 

TON JOB D’ENDURISTE, IL SE TRADUIT ÉGALEMENT PAR DES VOYAGES À TRAVERS LA PLANÈTE. SANS DOSSARD ET JUSTE POUR LA DÉCOUVERTE. QU’EST-CE QUE CELA REPRÉSENTE POUR TOI ?

LM : « C’est une chance de voyager. J’aime prolonger mes séjours à l’étranger de quelques jours pour découvrir d’autres trails. On ne sait jamais si l’on va retourner au même endroit, il faut saisir l’occasion.  Il y a tellement de possibilités pour le vélo partout dans le monde que ça serait bête de ne pas les découvrir ! »

 

EST-CE QUE CERTAINS TRIPS T’ONT PLUS MARQUÉ QUE D’AUTRES ?

LM : « Il y en a tellement ! Pour un vététiste, l’Ouest Canadien entre Vancouver et Whistler est vraiment l’endroit qu’il ne faut pas louper. Tu sens qu’il y a une énergie, le vélo est ancré profondément dans les mœurs. Dans un autre registre, j’ai été marqué par le Costa Rica. C’était une belle découverte. On a roulé dans la jungle, mais aussi sur des sentiers spécialement conçus pour le vélo. Je ne m’attendais pas à trouver cela là-bas !  J’ai trouvé des pistes de rêve perdus dans les vallées où tu ne croises pas un chat. Le rêve. Prochainement, nous allons partir en Colombie pour l’Enduro World Series. Je ne connais pas ce pays et je me réjouis d’aller là-bas. Cela va nous permettre de découvrir la culture, le mode de vie. D’ailleurs, je retourne au Costa Rica juste avant ! »

 

LUDO MAY EN BREF

Né le 3 avril 1989
Nationalité : Suisse
Facebook | Instagram | Youtube 

- Vous allez aimer -