Armel LE CLÉAC’H
© Easy Ride
Voile
Armel LE CLÉAC’H
voile - 41 ans

Armel Le Cleach

Le regard du chacal

 

Pour Armel Le Cléac’h, tout commence en Finistère. Né à Saint-Pol-de-Léon, dans la baie de Morlaix, il y dispute sa première régate à l’âge de 9 ans. Le virus de la voile, il le doit à son papa. La suite, il la doit à lui-même, à son talent, son abnégation et sa rage de vaincre. Après avoir goûté au dériveur 420, le Breton rêve de grand large et de courses en solitaire. Ingénieur diplômé de l’INSA (Institut National des Sciences Appliquées) de Rennes, Armel se fait vite un nom sur la planète voile, et même un surnom : "le chacal". Réputé pour sa capacité à ne jamais rien lâcher, ce fan de Martin Fourcade rafle tout sur son passage : double vainqueur de la Solitaire du Figaro, de la Transat AG2R, vainqueur de la Transat Anglaise et surtout du Vendée Globe en 2017. Après deux places de dauphin, il "gravit" l’Everest des Mers – tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance – en un temps record : 74 jours ! Précis, rapide et doté d’une véritable science de la régate, Armel Le Cléac’h est un marin d’exception à la recherche de la perfection. Calme et réservé à terre, père de famille attentionné, passionné de sport et grand amateur de golf, il vogue maintenant sur les océans à bord de son trimaran géant – et volant – Maxi Banque Populaire IV avec deux objectifs en vue : la Route du Rhum fin 2018 et le tour du monde en multicoque en 2019. Le regard déterminé, il est prêt à défier les éléments.

 

Sa vision de Julbo 

« C’est un partenariat de longue date. La fidélité, ça compte beaucoup pour moi. Travailler dans la durée permet de créer des histoires, des échanges, de donner une dimension humaine. Julbo m’a toujours soutenu, dans les victoires comme dans les moments plus difficiles. Ses lunettes sont parfaites, techniques et légères. À bord, j’embarque la Race 2.0, la meilleure protection qui soit. C’est une monture que j’aime beaucoup car je l’oublie quand je la porte ! Les produits ont bien évolué depuis que je fais partie du team. La marque prend en compte les retours techniques qu’on peut lui faire. Dans les situations de vent faible, les lunettes Julbo peuvent nous aider à lire plus facilement le plan d’eau, à distinguer les risées. Et puis la gamme est très complète, je crois que chaque marin y trouve son compte. »


Les lunettes de soleil d'Armel Le Cléac'h

- News en relation -

- Social media -