Julia SIMON
© Benjamin Becker
Ski nordique
Julia SIMON
Biathlon - 26 ans

Que se passe-t-il dans la tête d’un biathlète ?  Vous avez trois heures. Qu‘est-ce qui vous basculer des honneurs du podium aux purgatoires de l’anneau ? Si vous avez la réponse, Julia Simon pourrait être intéressée. A 25 ans, la biathlète du plateau des Saisies a déjà tout vécu. Le pire, comme le meilleur.

 

UNE PREMIÈRE VICTOIRE A 23 ANS



La biathlète Julbo est originaire du plateau des Saisies. Trente ans après les Jeux Olympiques d’Albertville, le ski nordique fait partie de la culture des lieux. Ici, sur cette terre du Beaufortain, les générations se sont succédés avec toujours la même passion au bout des spatules. Julia Simon a grandi sur cette terre chargée d’histoire. Et c’est à 21 printemps au cours de l’hiver 2017 qu’elle gagne son billet pour la Coupe du Monde. Et la Savoyarde va vite. Sur les skis, sur le pas de tir. En quelques semaines, son destin bascule. 5 décembre 2019 : premier podium avec la 3e place de l’épreuve individuelle d’Ostersünd. 14 mars 2020 : victoire sur la poursuite de Kontiolathi. Elle termine cette saison au 8e rang mondial. Un avenir radieux qui s’annonce. La demoiselle qui possède également un CAP Menuiserie, passion qu’elle partage avec Simon Desthieux (un autre biathlète Julbo) récidive au cours de l’hiver suivant en s’imposant sur la mass-start d’Oberhof.

LE DOUTE PUIS LA DÉLIVRANCE

 

Julia Simon s’affirme sur la mass-start. Là où l’affrontement est le plus intense. Le plus spectaculaire. Mais au début de l’hiver 2021, la machine s’enraye. Elle ne comprend pas. Elle lâche des mots forts sur ses réseaux sociaux : J’ai comme l’impression d’être dans un cauchemar, celui où je suis coincée sur l’anneau de pénalité sans jamais trouver la sortie…Je n’ai pas les mots et pour le moment pas la solution. » La délivrance arrive en décembre devant le public chaud bouillant du Grand – Bornand : deuxième de la Mass-Start et de la poursuite. La voilà de retour, les ondes négatives chassées de son cerveau : « On va chercher les ressources avec un public comme ça. » Mi-janvier, elle parachève le travail de ses copines du relais et brandit le drapeau tricolore dans la dernière ligne de Ruhpolding. A 25 ans, Julia Simon continue d’apprendre. Et cet hiver marquera ses débuts dans l’univers olympique. Les doutes rangés au placard. Prête pour une belle aventure.
 

 



 

- News en relation -